Accueil Animateurs Nouvelle traduction du « Notre Père »

Nouvelle traduction du « Notre Père »

Notre Père signet

Le 3 décembre 2017, le premier dimanche de l’Avent, une nouvelle traduction du Notre-Père est entrée en vigueur dans toute forme de liturgie. Les fidèles catholiques ne disent plus « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Un signet diocésain est distribué, à compter de cette date, dans toutes les paroisses (visuel ci-contre).

signet Notre Père

Visuel du signet diocésain

 La prière du Notre Père

 Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du Mal.

Introduction à la prière du Notre Père, prononcée par Mgr Hervé Giraud lors des vêpres d’entrée en avant, le 2  décembre 2017 

Pour la première fois depuis l’application de la réforme liturgique souhaitée par le concile Vatican II, nous allons changer notre manière de dire le Notre Père. Il ne s’agit pas seulement de modifier un verset ou d’améliorer une traduction. C’est l’occasion de redécouvrir une prière qui est plus unique qu’il n’y paraît. Vos prêtres vous l’expliqueront sûrement plus demain.

Dans l’évangile selon saint Luc, Jésus privilégie tout simplement le mot « Père », comme pour signifier d’abord le lien unique qui les unit. Jésus a certes toujours eu une vive conscience du Père et surtout l’a entretenue en s’entretenant avec Lui :

Père, Seigneur du ciel et de la terre…
Père, que ton nom soit sanctifié…
Père, si tu le veux éloigne de moi cette coupe…
Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font.
Père, entre tes mains je remets mon esprit.

L’élargissement qu’ajoute saint Matthieu est prescrit par Jésus lui-même : Notre Père… Son Père devient le nôtre et nous pouvons le nommer ainsi. Il n’y aura pas de Fraternité sans ce « notre Père » prononcé, reconnu et aimé. Plus nous vivrons une union intime avec Dieu, plus nous vivrons la fraternité humaine.

Et, réciproquement, la conscience fraternelle nourrit la prière filiale. L’amour fraternel devient alors missionnaire car il est un signe de la fraternité du Christ pour tous : « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jn 13,35)

Mais le risque existe du seul « vivre entre nous » qui, même s’il attire, ne suffit pas. Jésus nous le fait savoir par Marie Madeleine : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père… » (Jn 20,17)

 Au final, Fraternité humaine et filiation divine dessinent la croix de vie du Fils. Fraternité vécue et Fraternité ouverte renouvelleront le visage du Christ que l’Église veut donner à contempler.

Dans un instant, nous demanderons à Dieu : « ne nous laisse pas entrer en tentation ». La tentation n’est pas d’abord morale. La tentation porte sur la foi, l’espérance et la charité. C’est la tentation de ne plus croire, de ne plus espérer, de ne plus aimer : la tentation de nous séparer de Dieu.

 Il est providentiel que notre manière de prier le Notre Père arrive au moment même de notre renouvellement fraternel. Tissons la Fraternité ! C’est celle du Christ : elle ne passera jamais.

Présentation par fr. Ghislain, moine à abbaye de la Pierre-qui-Vire

parue dans la revue diocésaine Église dans l’Yonne du mois d’octobre 2017
 “Ne nous laisse pas entrer en tentation”

Tel est le texte de la sixième demande du “Notre Père”, que nous réciterons à partir du mois prochain dans nos liturgies. En l’adoptant, la conférence épiscopale propose une formule qui essaie de rendre de façon plus nuancée que le “Ne nous soumets pas à la tentation”, le mystère qui est d’expérience constante dans nos vies : le rapport de Dieu à nous, de nous à lui, dans l’épreuve.

Pour entrer en consonance avec ce texte, le mieux n’est-il pas alors de relire ce que nous dit l’Écriture au sujet de la tentation ? Jésus a connu, au début de sa vie et tout à fait à la fin, au moment de son agonie, la Tentation par excellence (“Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné !”). Il sait donc, d’expérience, la force de l’épreuve et son danger, et c’est pourquoi il dit à ses disciples : “Priez, pour ne pas entrer en tentation” (Mt, 26- 41).

Avec le secours de la prière, menée souvent durant la nuit, Jésus lui-même a pourtant connu des épreuves et ses disciples les ont partagées. À la Dernière Cène, il leur en rend témoignage : “Vous êtes, vous, ceux qui ont tenu bon avec moi dans mes tentations” (Luc, 22-28). Que sont ces tentations, sinon les situations douloureuses, personnelles ou collectives, auxquelles sa vie et celle de ses disciples ont été confrontées ?

Saint Paul, de son côté, nous décrit le comportement divin en face des tentations : “Les tentations auxquelles vous avez été exposés sont à la mesure de l’homme. Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au-dessus de vos forces. Avec la tentation, il vous donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter” (1ère aux Corinthiens, 10, 13). Aussi, loin de nous mener au désespoir, les tentations peuvent-elles nous conduire, comme Jésus et ses disciples, au seuil du Royaume.

Il nous faut alors prier pour ne pas être laissés seuls en face de la tentation. Demander humblement, pour nous, pour l’Église, pour tout homme, de ne pas avoir à y entrer plus qu’on le peut. Et demeurer dans l’espérance invincible que la fidélité de Dieu et le compagnonnage de Jésus nous assurent de la victoire.

 

Des ressources pour se former ou animer une rencontre autour de la nouvelle traduction

 

fichier pdf l-oasis-5-pdf-notre père nouvelle traduction.compressed

Télécharger les ressources d’animation complémentaire de l’Oasis n°5

 

Pour aller plus loin : La liturgie dominicale et le nouveau Notre Père

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Animateurs

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lumière de Paix de Bethléem 2015 : une espérance qui change le monde

Pendant le temps de  l’Avent, une action est proposé par les Scouts et Guides de France et…